Le Professeur Théophile Obenga a effectué, le 23 mai 2019, une visite fraternelle dans les locaux du CERDOTOLA pour mieux s’imprégner des enjeux de l’Institution, en termes de préservation et de la valorisation du riche patrimoine culturel de l’Afrique.

Tel que le veut le protocole coutumier lors de la réception des grandes personnalités en visite, cette rencontre a commencé par l’accueil de l’hôte de marque, par le Secrétaire Exécutif lui-même, au Perron du Siège de l’Institution. La rencontre avec ‘‘le Dernier Pharaon vivant’’, que le Professeur Charles Binam Bikoi qualifiera de très cordiale, s’est poursuivie par une audience au Salon d’honneur du Cabinet du Secrétaire Exécutif avant une séance d’échange ouverte dans la Salle des Actes, à laquelle ont pris part le Pr Marcel Diki-Kidiri, Linguiste, Coordonnateur du Cercle des Intellectuels Centrafricains et Membre de l’Académie Africaine des Langues – ACALAN, l’Assistant du Professeur Obenga, M. Hans Epale, Directeur Adjoint des Affaires Générale et de la Logistique – DSGL du CERDOTOLA et quelques membres du Comité d’organisation de la Conférence Sous-Régionale du Mouvement fédéraliste panafricain (MFPA) prévue du 24 au 26 mai 2019 à Yaoundé.

Au cours de cette phase tenue dans la Salle des Actes, le Secrétaire Exécutif présentera le CERDOTOLA et la pertinence de son mandat. Inscrivant son propos dans le cours de l’actualité, il soulignera l’importance diplomatique de la culture en rappelant qu’aujourd’hui, rien ne se fait sans culture, tout est culture, tout est avec la culture et tout est dans la culture. Ainsi, le Centre, dans sa vision et dans son action au quotidien, a pour ambition de contribuer à la recherche des solutions adaptées et durables en rappelant l’urgence et la nécessité de recourir aux valeurs traditionnelles africaines pour résoudre les multiples conflits que connaît le continent.

L’invité de marque qui n’était pas étranger au parcours et aux difficultés qu’a connus le CERDOTOLA, félicitera chaleureusement le Secrétaire Exécutif pour toute la peine qu’il s’est donné en vue de rehausser la côte diplomatique de l’Institution pour l’élever au rang d’Institution internationale qui fait aujourd’hui la fierté des Etats fondateurs et des peuples d’Afrique satisfaits de son rayonnement. En effet, le Professeur Théophile Obenga a assuré la Direction du Centre International des Civilisation Bantou – CICIBA, et à cet effet, connait parfaitement les difficultés rencontrées par les Institutions Culturelles et Scientifiques africaines.

‘‘Pour parler dorénavant de l’Afrique et de ses problèmes importants, il doit être de règle d’exiger comme principe directeur l’union de la légitimité, de la compétence et de l’autorité. Sinon l’Afrique restera toujours un chantier où n’importe qui parlera de n’importe quoi n’importe comment, sans aucun souci d’une visée substantielle’’ a ajouté le Professeur Théophile Obenga.

La phase des échanges s’est poursuivie sur l’évaluation du niveau d’avancement de l’organisation de la Conférence Sous-régionale du Mouvement fédéraliste panafricain (MFPA) prévue du 24 au 26 mai 2019 à Yaoundé et dont le Professeur Obenga était l’invité Spécial, chargé notamment d’en donner la leçon inaugurale.

Cette importante réunion qui devait regrouper de nombreuses personnes ayant travaillé sur cette initiative sans se voir, échangeant le plus souvent par voie électronique, allait officiellement lancer les préparatifs du Premier Congrès Fédéraliste Pan African en Afrique Centrale.

En effet, dans le cadre de ses activités, le MFPA allait organiser une conférence sous le thème ‘‘Bâtir la fédération des Etats Africains à partir de l’Afrique centrale’’, à la date symbolique du 25 mai 2019, à l’Amphi 250 de l’Université Panafricaine de Soa, par Yaoundé au Cameroun, avec pour intervenant principal le Professeur Théophile OBENGA, accompagné d’autres éminents universitaires camerounais tels que les Professeurs Pr Sammy Beban Chumbow, Président de l’ACALAN, Marcel Diki-Kidiri, Hubert Kamgang, et Cécile Dolisane EBOSSE, Dr Richard MAKON.

‘‘A un pourcentage de 95%, la Jeunesse Africaine forme aujourd’hui le courant d’opinion africaine majoritaire en faveur de la création démocratiquement de l’Etat fédéral africain’’, pense Pr Obenga. Et le souhait de l’illustre hôte était que le CERDOTOLA apporte son soutien pour assurer la réussite de la rencontre. L’occasion était belle pour faire le point de l’organisation et après l’exposé de Mme Gaëlle Michelle ABE, Coordinatrice locale de la rencontre et Point focal du MFPA, sur les difficultés rencontrées, le Pr Charles Binam a apporté une contribution du CERDOTOLA pour résoudre certains problèmes en instance et pour rendre agréable le séjour des invités de marque tels que le Professeur Théophile Obenga et Pr Marcel Diki-Kidiri, qui l’a accompagné tout le long de cette visite.

Pr Théophile Obenga ne manquera pas de remercier une fois de plus le Pr. Charles Binam Bikoi pour ce geste spontané et pour avoir accepter d’encadrer la jeune équipe chargée de l’implantation de la plateforme du Mouvement Fédéraliste Panafricain (MFPA) en Afrique Centrale en vue de la promotion et la matérialisation sur le continent africain de l’idéologie panafricaine comme seule issue salutaire au réveil de l’Afrique, à son émancipation et surtout à la reconstruction de son histoire.

La visite s’est achevée par une photo de famille et une présentation de la Case à Palabres du Siège du CEDOTOLA aux illustres invités.



—– vidéo sur la Conférence du Mouvement fédéraliste panafricain (MFPA), 25 mai 2019 à Yaoundé—

Leçon inaugurale du Pr Théophile OBENGA à la Conférence Sous-Régionale du MFPA

https://youtu.be/4FguhRFk0Os

Communications

Dans le cadre de ses activités, le Mouvement fédéraliste panafricain (MFPA) a organisé une conférence sous le thème ‘‘Bâtir la fédération des Etats Africains à partir de l’Afrique centrale’’, à la date symbolique du 25 mai 2019, à l’Amphi 250 de l’Université Panafricaine de Soa, par Yaoundé au Cameroun, avec pour intervenant principal le Professeur Théophile OBENGA.

https://youtu.be/sPFGne9l9tk

—————————————————–

Modération : Pr Sammy Beban Chumbow, Président de l’ACALAN

Communications :

Pr Hubert Kamgang

Pr Marcel Diki-Kidiri, Linguiste, Coordonnateur du Cercle des Intellectuels Centrafricains et Membre de l’Académie Africaine des Langues – ACALAN

Pr Cécile Dolisane EBOSSE

Dr Richard MAKON

Mbombog Mbog Mbassong


——-A propos de Pr Théophile Obenga, Pr Marcel Diki-Kidiri et MFPA —

Né le 2 février 1936 à Mbaya en République du Congo, Théophile Mwené Ndzalé Obenga, est égyptologue, linguiste et historien. Docteur d’État ès lettres en Sciences Humaines (Sorbonne), il a étudié diverses disciplines : philosophie, linguistique historique comparative, archéologie préhistorique, sciences de l’éducation, égyptologie. Il a étudié la philosophie à l’université de Bordeaux. Il a fait des études d’histoire au Collège de France, à Paris, et a appris l’égyptologie à Genève. Il a également suivi une formation en sciences de l’éducation à Pittsburgh. Avec Cheikh Anta Diop, il défend une vision de l’histoire africaine recentrée sur les préoccupations des chercheurs et intellectuels africains, soucieux de revisiter leur patrimoine. Il dirige Ankh, « revue d’égyptologie et des civilisations africaines » éditée à Paris. Entre autres préoccupations scientifiques, cette revue explore les différentes voies de recherche initiées ou renouvelées par Cheikh Anta Diop, dans une perspective épistémologique replaçant l’Égypte ancienne dans ce qu’il considère comme son « cadre naturel africain » et comme l’une des « civilisations négro-africaines anciennes ».

Il a été directeur général du Centre international des civilisations bantu (CICIBA) à Libreville, et professeur à la faculté de civilisations africaines à l’université d’État de San Francisco3, qui est un campus de l’université d’État de Californie. Théophile Obenga est l’auteur d’une théorie de linguistique historique qu’il a baptisée « négro-égyptien », celle-ci identifierait des propriétés communes aux langues « négro-africaines », établissant une parenté génétique entre lesdites langues ; y compris l’égyptien ancien et le copte. Le négro-égyptien serait, selon Théophile Obenga, « l’ancêtre commun prédialectal » des langues « négro-africaines » anciennes ou contemporaines.

D’après Théophile Obenga, certains mots sont rarement empruntés par une langue à une autre ; ils sont dits « hérités ». D’après lui, ce serait le cas, notamment, des mots pour nommer les parties du corps, ou les astres visibles à l’œil nu. En sorte que la similitude morphologique et lexicologique de ces mots dans plusieurs langues augurerait, selon lui, d’une filiation entre ces langues, même si cela ne suffit pas à conclure.

Eléments bibliographiques de Théophile OBENGA

http://www.ankhonline.com/obenga_th_bibli.htm

http://www.presenceafricaine.com/149_obenga-theophile

http://tuzmp3.info/mp3/prof-obenga-la-jeunesse-africaine-doit-se-prendre-en-charge.html

————————–

Pr Marcel Diki-Kidiri est Linguiste, Lexicographe, Terminologue, Spécialiste du Sängö, du multilinguisme et des politiques linguistiques. Ancien Chargé de Recherches en Sciences du langage CNRS UMR 8135 LLACAN, il est Coordonnateur du Cercle des Intellectuels Centrafricains et Membre de l’Académie Africaine des Langues – ACALAN.

Le Mouvement Fédéraliste Panafricain (MFPA) est un regroupement de citoyens et citoyennes de l’Afrique et de la diaspora qui ont pris l’initiative de poursuivre l’œuvre des précurseurs du panafricanisme, par le moyen d’une vaste campagne populaire pour la naissance des Etats Africains Unis dans une génération. Né à Dakar en février 2015, le(MFPA) est organisé en six régions, notamment l’Afrique, l’Europe, l’Amérique du Nord, l’Amérique latine, les Caraïbes et l’Asie.

English EN Français FR